Le corps connaît la réponse (4)

Lorsqu’on pratique le métier de guérisseur-magnétiseur, on ressent physiquement, parfois même on « voit » les blocages des gens qu’on reçoit. Ces stases, ces barrages, ces résistances, ces égos, entravent la libre circulation de leur énergie. Et on peut se rendre compte que c’est le corps de la personne lui même qui guide subtilement nos mains, notre regard vers ces zones et les points de régulation qui, à distance, permettent aux flux d’énergies de retrouver un cours équilibré. C’est un peu comme si le corps connaissait la réponse. Ces manifestations, que la personne ressent souvent comme des localisations douloureuses s’apparentent en réalité à des bouchons, des points où s’accumulent les toxines physique et psychiques du corps, bref des parties du corps où se condensent la souffrance. Ces zones demandent véritablement à être libérées. D’ailleurs, très souvent, les régions où se posent les mains du magnétiseur sont tendues, douloureuses, comme si le stress émotionnel et physique cristallisait à cet endroit. D’autres parties du corps appellent également à être régulées (je rappelle que le guérisseur ne fait rien, qu’il suit simplement l’instruction qui émane de la seule évidence du moment présent et à la quelle il se conforme tête vide).

Ces régions qu’on peut parfois identifier à des chakras, à des rivières d’énergies mais parfois qui ne sont que des points de convergence de réseaux ne répondant à rien de vraiment répertorié (peut-être arbre séphirotique), toutes ces manifestations invitent le guérisseur à s’attarder sur elles, à exécuter parfois une petite danse gestuelle qui engage son corps entier. Le guérisseur peut alors suivre ces expressions avec son propre corps. Il vit les choses en symbiose, en résonnance avec le corps de la personne toujours avec surprise et émerveillement. Leur forme est très diverse et peut être surprenante. Avec sa panoplie d’interventions, le guérisseur se comporte parfois comme un chirurgien de l’astral qui visualise, suit des yeux, extrait  des phénomènes émanant du corps physique ou éthérique de la personne, un peu comme si s’en échappaient quelques miasmes l’ayant envahi qui s’arracheraient sous l’influence de ce démasquage. Le guérisseur peut alors se sentir mu par une force qui lui intime l’intention puis l’action d’enlever ces présences qui bien souvent ont pris possession des lieux.

S’aider d’un lieu propice à cette rencontre

Il est important que l’endroit où sont convoquées ces énergies soit propice à leur déploiement. Voilà pourquoi j’ai personnellement choisi de travailler dans un zome qui est l’architecture idéale pour ce genre de travail grâce à ses ondes de formes douces liées à ses caractéristiques géométriques, qui en font un espace sacré. Les proportions du nombre d’or y sont inscrites, la forme spiralée est également représentée. Elle rentre en résonnance avec le standard universel de l’hélice omniprésent dans la nature, mais également la présence des losanges, d’un puits de lumière étoilé en 12 branches, de sa base hexagonale.

Gilles FABRE

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *