Etre guérisseur

 

Etre guérisseur selon ma propre vision

 

Selon mon propre ressenti, c’est accepter de n’être qu’une antenne, un médium. C’est m’abandonner à mes perceptions et témoigner du vivant dans une recherche d’évolution.

Je me laisse donc guider par les êtres de la nature qui m’accompagnent, et deviens, par le cœur, canal de l’intelligence qui les gouverne. Au service du Tout, il me suffit de cueillir (accueillir et potentialiser) cette connaissance qui se met concrètement et automatiquement en forme. Des gestes précis en résultent, des sons et autres paroles qui rétablissent l’harmonie en régulant le cours de l’énergie (chakras, systèmes réflexes du corps, correction des déviations, dissolution des énergies perverses). Est alors produit un acte thérapeutique manuel et pulsé qui engage tout mon être. Mon corps entier entre dans une danse subtile et très organisée. Voici comment le plus souvent les blocages de la personne que je reçois arrivent à fondre. Ce soin devient un outil puissant, qui agit en profondeur sur les centres énergétiques, les mémoires émotionnelles…

Une véritable réparation est à l’œuvre. Tout un travail très varié se coordonne, qui peu à peu engage la personne dans une voie de guérison, de transformation. Ainsi, des prises de conscience se révèlent d’elle-mêmes. La personne comprend par ses propres moyens qu’elle a réagi aux circonstances de sa vie d’une manière qui n’était pas toujours la plus adéquate au maintien de son équilibre. Sa situation a généré des comportements, des schémas de pensée, des émotions qui l’ont envahie et n’étaient pas en phase avec les lois universelles. Le stress, le mal-être, la perte de sens et autres « désaxages » sont ainsi apparus entraînant  maladies et souffrances.

Le but d’une séance est de mettre à disposition mon écoute et d’aider la personne à retrouver son unité, de lui permettre de se connecter à elle-même, de sortir de l’impasse où elle se trouve. Au final, et si elle choisit de changer sa perspective (son libre-arbitre en décide), c’est elle qui va trouver la solution de sa propre sortie de crise. Etre guérisseur, au fond, c’est inviter à restaurer une image de soi aimante, joyeuse, sereine, orientée vers l’aide à autrui. C’est restituer au Maître Intérieur les commandes de pilotage de notre être, guidé en cela par des intentions, des paroles et des agissements en phase avec les lois divines. Aux antipodes de la peur et de la soumission, chacun est donc appelé pour évoluer à raffiner ses propres vibrations.

En ré équilibrant les énergies du corps (c’est la vocation de toute médecines douces), on permet à chacun de retrouver ses capacités d’auto guérison. J’aide donc les gens à reprendre l’initiative, à privilégier le développement de leur immunité naturelle, à regarder à l’intérieur d’eux-même leur propre responsabilité avant de rejeter la cause des désordres de leur vie à l’extérieur, à accepter de s’impliquer dans le processus de leur guérison.

Y a-t-il un don ?

Je dirais plutôt qu’une disposition particulière s’exerce au fil du temps. Ne mettons-nous pas tous à profit des qualités révélées au gré des apprentissages de l’existence ? A chacun le voyage qu’il s’est promis de faire !

 ←  page précédante   –   page suivante  →

Articles récents